Les monts du Cantal ! La pluie. Le brouillard. Mais aussi ses magnifiques et dépaysants paysages de hautes plaines vertes bosselées. Des fleurs de toutes les couleurs. Les maisons en pierres et leurs toits en lauze. Du fromage. Le calme. Seulement trahit par le tintement des cloches des innombrables vaches. 

 

J’aime aller dormir en refuge. C’est comme s’inviter chez quelqu’un qui habiterait en plein coeur de la montagne. Se déconnecter du monde extérieur. Rencontrer de nouvelles personnes.  Profiter de la montagne en fin de journée et au matin. Prendre son temps sans me sentir contrainte par le temps du chemin du retour. 

                 

C’est ce que j’ai fait ce weekend de juillet. Seule. Dans le massif de la Vanoise. 

Départ du village de Pralognan-la-Vanoise où j’ai passé une première nuit dans le van pour être sur place dès le matin. 

Une première halte au lac des vaches pour pic-niquer et attendre le bon timing pour traverser seule les dalles de ce célèbre lac sans faire partie d’une file de touristes.

Je repars en direction du col. Les marmottes sont reines sur le sentier. Et pas farouches. 

Au refuge, je choisis mon lit dans le dortoir que l’on m’a attribué. Pose quelques affaires. Le repas sera servit à 19h, ce qui me laisse quelques heures pour m’aventurer un peu plus loin.

Passé le col et le refuge, on a vraiment la sensation de rentrer au coeur du massif de la Vanoise. Une sensation de nature sauvage. 

Au repas, je rencontre, Nils, l’australien qui habite à Londres, Laurence et son accent belge qui fait seule le tour des glaciers de la Vanoise, Marc avec qui je passe la soirée à jouer aux échecs et Fabrice qui prends note des détails de ses voyages dans un petit carnet noir. 

Le matin, le petit déjeuner est servi à 7h, puis chacun repart de son côté. 

Pour moi c’est déjà la fin du weekend.

Pour faire une boucle je redescends par l’autre coté de l’aiguille de la Vanoise. Plus de 1000 mètres de dénivelé négatif qui, avec le manque de sommeil et le sac chargé, me paraissent une éternité. 

Cumuler bivouac et découverte d’une rivière en canoë, est ma découverte de l’été !

Un lieu de bivouac facile d’accès et des paysages magnifiques ? Le plateau des lacs dans le Taillefer !  – Lorsqu’il n’est pas sous le brouillard –  

Et pour rendre le weekend un peu plus original, nous avons rajouté deux thématiques : Shushis et Canoë ! 

La pluie au départ de la randonnée ne nous a pas découragé. Et heureusement ! Puisqu’elle a laissé un peu de place au soleil durant le weekend. 

Nous avons exploré les lacs dans les zones un peu moins connues du plateau. 

Et activité insolite : mise à l’eau et balade en canoë Packraft sur les eaux calmes du lac fourchu. (avec le plus de respect possible pour la faune et la flore)

Sans oublier la dégustation des sushis devant le coucher de soleil.  

« Celui qui écoute trop la météo, reste au bistrot » 

C’est un peu la devise de cette rando-bivouac. Le département de la Savoie est en alerte orange pour les orages mais notre envie d’aller en montagne est plus forte. 

Nous ne sommes pas encore sortis de la voiture que les paysages du col du Lautaret et du Galibier, nous en mettent déjà plein les yeux. 

La randonnée jusqu’au lac des Cerces n’est pas très longue mais en voulant économiser quelques kilomètres de marche, je me débrouille pour embourber la Twingo sur la piste du début du parcours. 

Le reste de la montée se fait à pied le long du torrent. Arrivés au lac, et les tentes plantées sur un replat un peu en surplomb pour profiter de la vue sur les aiguilles d’Arves, on se remet en marche, délestés de nos affaires en direction du col. La neige est encore bien présente. Après avoir traversé quelques nevés, deux nouveaux lacs apparaissent devant nous : le lac du Grand Ban et le lac rond.

Le temps est gris. C’est un soir sans coucher de soleil. 

Un repas chaud et quelques parties de cartes, puis chacun retourne dormir dans sa tente. 

La nuit sera venteuse et courte.

Le matin, on a envie d’explorer les environs. De sortir des sentiers. 

On découvre la vallée de la mort et ses 14 squelettes de moutons éparpillés entre étendues herbeuses et éboulis. L’ambiance est singulière. Pas de bruits, ni de mouvement d’animaux. Tout est étrangement calme. 

On se prend au jeu et on regroupe puis dispose les plus beaux crânes trouvés en un cercle parfait. 

Et là, comme si nous nous faisions avoir à notre propre jeu, lorsque nous posons la dernière tête refermant le cercle, le tonnerre gronde et en à peine 3 minutes, l’atmosphère devient apocalyptique. Pluie battante, ciel noir, éclairs, vent, tonnerre. Le ciel nous tombe littéralement sur la tête. 

Une fois sorti de la vallée de la mort, le soleil ne mettra pas longtemps à revenir, pour nous laisser plier les tentes et redescendre au sec. 

  

Direction la frontière italienne ce weekend pour découvrir le célèbre barrage et lac du Mont-Cenis.

Arrivé au col coté français, la route principale longe le lac jusqu’au barrage avant de redescendre coté Italie.

Des routes étroites, encore partiellement enneigées par endroit, descendent plus proche du lac et le contourne. Je m’engage sur l’une d’elle. Mon objectif est de trouver un endroit tranquille pour garer le van pour la nuit. Avec vue sur le lac.  

Le niveau du lac est bas et laisse découvrir des berges sableuses et caillouteuses avec d’étonnants cratères. Descendre jusqu’à l’eau est plus long qu’il n’y parait et la remontée dans le sol friable est un peu laborieuse. 

La piste au bord de laquelle je me suis garée est bloquée à cause d’un névé. Elle sera de nouveau praticable seulement lorsque le printemps l’aura décidé. Mais rien n’empêche de continuer à pied. Toujours un peu plus loin, et encore plus loin. Voir ce qu’il y a derrière cette butte. Et derrière la prochaine. Au milieu des sifflements des marmottes et des veilles ruines des hameaux de pierres. 

La nuit est étrangement calme alors que je regarde à travers la fenêtre du van, le lac et le ciel s’éclairer l’espace de demi seconde par les éclairs des orages lointains. 

Le réveil se fait dans le brouillard. Que le soleil transpercera juste un instant. 

Lorsqu’on arrive au départ d’une randonnée et qu’il se met à pleuvoir, on a deux choix. Faire demi tour et rentrer chez soi ou persister en espérant que la météo s’améliore une fois arrivé en haut. C’est le pari que l’on a fait ce jour là. Avec un objectif : approcher -respectueusement- des bouquetins. 

Une fois sur le plateau, la pluie s’est transformée en neige et nous nous abritons dans le refuge pour manger au sec et à la chaleur du poêle allumé par d’autres randonneurs trempés. 

Collés les uns contre les autres. Assis autant sur les bancs des tables que sur les dortoirs en bois, nous patientons en mangeant et discutant expériences et itinéraires de chacun. J’aime la simplicité, la convivialité des gens que l’on croise en montagne. 

Absorbés par nos conversations, nous ne voyons pas que la pluie s’est calmée et que le brouillard commence à disparaitre. En ouvrant la porte du refuge, le Mont Aiguille, présent mais invisible depuis le départ de la balade, est désormais face à nous de toute sa hauteur. 

Nous partons à la découverte du plateau et à la recherche des troupeaux de bouquetins. Mathieu les repère de loin dans une clairière un peu plus bas. Les retrouver une fois en bas, est plus compliqué. Passant de clairière en clairière, on ne sait plus vraiment quelle direction prendre. Est ce qu’ils ont bougé ? Ou est-ce que nous avons mal évalué les distances et le chemin à prendre. C’est d’abord l’odeur qui nous alerte. Une odeur de bouc. Et en sortant d’une forêt, ils sont là, devant nous. Tout un groupe. Installé dans une clairière. Certains s’adonnent à des jeux de combat et d’autres somnolent dans l’herbe. Nous restons un long moment à les observer. Eux, nous surveille du coin de l’oeil. Jusqu’à ce que notre présence leur semble égale. 

     Cliquer ici pour ajouter votre propre texte

C’est Halloween ! Ma fête préférée. L’occasion d’aller passer une après midi pluvieuse dans une cabane au fond des bois.

Se faire un peu peur. Imaginer des scénarios dignes de film d’épouvante. Boire du chocolat chaud. 

Un lac couleur émeraude, les premiers flocons de neige de la saison, une barque sur la rive. Céder à la tentation un peu folle de la mettre à l’eau.   

Début octobre, on partait pour un week-end entre copines, dans un refuge du massif des Ecrins, dans l’Oisans.