C’est Halloween ! Ma fête préférée. L’occasion d’aller passer une après midi pluvieuse dans une cabane au fond des bois.

Se faire un peu peur. Imaginer des scénarios dignes de film d’épouvante. Boire du chocolat chaud. 

Un lac couleur émeraude, les premiers flocons de neige de la saison, une barque sur la rive. Céder à la tentation un peu folle de la mettre à l’eau.   

Début octobre, on partait pour un week-end entre copines, dans un refuge du massif des Ecrins, dans l’Oisans.

Imaginer des aventures quotidiennes ! 

Du paddle, du yoga et un lac de montagne ! 

Pas de destination compliquée pour ce premier essai. Direction le col de la croix de fer. 

Le lac Guichard est facile d’accès et la vue sur les aiguilles d’Arves est magnifique.

C’est avec nos 10 kilos de paddle sur le dos et tous le matériel que nous parcourons les quelques centaines de mètres qui séparent le parking du col, des bords du lac. C’est la fin de la journée et les randonneurs rentrent chez eux.

A nous de jouer. 

La Vallée de la Clarée

Quatre jours coupée du monde. Sans réseau, ni électricité. Quatre jours d’émerveillements devant la pluralité et la beauté des paysages de la haute vallée de la Clarée.

Le premier jour, il y a eu le lac Long et le lac Rond, (…)

(…) Le deuxième jour, les eaux translucides et couleur émeraude du lac vert de la vallée étroite (vallée franco-italienne) parallèle à la vallée de la Clarée, (…)

(…) Le troisième jour, le lac des Beraudes, ses eaux turquoises et son paysage lunaire, (…)

(…)Le quatrième jour, j’ai accompagné le torrent dans sa descente bucolique de la vallée. Au rythme de ses eaux. Parfois sereines, parfois bourdonnantes. Petits hameaux typiques, forêts de mélèzes et prairies ensoleillées parsemées d’épilobes.

Les longues journées d’été du mois de juillet permettent de profiter tard de la montagne. Seule. Lorsque tout est calme. Paisible. Et qu’il ne reste personne.
Le soir, l’air se rafraichit vite en altitude. La proximité du torrent rend l’atmosphère humide.
Je goute au réconfort simple de pouvoir rentrer à l’abri dans le van. Comme dans un cocon. Et de regarder les derniers instant du jour tomber à travers les fenêtres. Puis je m’endors, avec le grondement du torrent comme bruit de fond.

Pour repartir le lendemain.

2h30

TEMPS D’ACCES
DEPUIS GRENOBLE

4

JOURS

Données pratiques


Hébergement

Camping de Fontcouverte → lien vers le site
Camping rudimentaire. Situation parfaite. L’hébergement au camping permet d’obtenir un laisser passer et de circuler librement sur la route entre Névache et la Haute vallée de la Clarée avec sa voiture personnelle.

Route fermée à la circulation du 20 juillet au 28 aout entre 10h et 18h. Des navettes circulent entre Névache et la Haute Vallée pendant ces horaires.


Topo

HAUTE VALLEE DE LA CLAREE

• Lac rond et lac rond→ lien vers le topo 

• Lac des Béraudes → lien vers le topo 

• Le long de la Clarée → lien vers le topo 

♦ (Si vous êtes au camping de Foncouverte (voir ci-dessus) et n’êtes donc pas tributaire de la dernière navette de 18h, vous pourrez profiter de la montagne en fin d’après midi en étant quasiment seul au monde).

VALLEE ETROITE
Vallée franco-italienne, parallèle à la vallée de la Clarée.

• Lac Vert → lien vers le topo 

♦ (Attention au monde pour cette randonnée! Elle est facile et très fréquentée. Privilégiez la fin d’après midi ou le matin).


Aout 2020, je roule en direction de la mer pour la première fois avec le camion. 

Je fais une pause d’une nuit à mi-chemin, dans le Vars. J’ai entendu parler de belles cascades à l’eau turquoise. 

L’eau est si froide que j’ai du mal à rentrer dedans. 

Je reprends la route en direction de la Presqu’île de Giens. Je m’installe pour 5 jours à la Madrague.

On est au mois d’aout, il y a du monde. La mer est à deux minutes à pied. 

Comme d’habitude, mon programme est bien ficelé. 5 jours pour visiter Port-Cros, Porquerolles, découvrir la presqu’ile depuis la mer en canoë, et depuis la terre et surtout, m’initier au snorkelling. 

L’odeur de la crème solaire. Les serviettes de plage sur la corde à linge. Le soleil qui tarde à se coucher. Les cigales. Une guirlande lumineuse qui s’éclaire lorsque le jour s’éteins. Des fourmis dans la poubelle. Le sable qui s’immisce partout. Pas de doute, ce sont les vacances d’été.

Les fins d’après midi sous le brouillard humide des entrées maritimes. Ce moment suspendu juste avant que la nuit tombe. Les nuages se dispersent juste à temps pour les derniers rayons du soleil. Les orages de chaleur grondent au loin. 

Les fonds marins m’attirent autant qu’ils m’effraient. Chaque jour, j’ose m’aventurer un peu plus loin de la crique, un peu plus profond. Là où les rayons du soleil ne percent presque plus. 

J’avais oublié. Le gout de l’eau salée sur les lèvres. La peau qui tire et qui pique. Le soleil qui brule. 

Ma première expérience de canoë en mer. Une mer agitée. Des bras pas assez musclés. Le mal de mer. Heureusement l’après midi, la houle se calme et je découvre les grottes au Sud de la presqu’ile, à l’heure ou l’inclinaison du soleil permet aux rayons de s’infiltrer à l’intérieur. 

J’hisse le canoë sur les parois escarpées, enfile mes palmes et plonge à l’entrée des grottes. 

J’ai entrainé un peu de mon hiver au printemps. Et à peine le temps de cligner des paupières que nous sommes déjà en été.

Ma tête est emplie d’idées. Sur l’agenda, les pages griffonnées des mois d’été contrastent avec celles restées blanches du mois de mai.

J’ai besoin d’évasion.

LA VALLEE DE VALGAUDEMARD DANS LE MASSIF DES ECRINS

L’unique route qui s’enfonce dans la vallée de Valgaudemar semble nous amener jusqu’au bout du monde. Un dernier virage et on arrive au refuge de Gioberney, posé devant un décors de pics acérés partis à l’assaut du ciel, de multiples torrents et cascades découlant des hauts glaciers. Lorsqu’on part à l’assaut des montagnes, on découvre des lacs, des refuges perchés, des buissons rouges de rhododendrons. Le vaste silence est parfois interrompu par le vrombissement d’une cascade, les carillons des moutons, le cri d’une marmotte. Parfois le ciel se charge de nuages noirs et menaçants. Le tonnerre gronde. L’instant d’après, une pluie drue nous rince jusqu’à l’os. Puis les nuages se dispersent; certains s’attardent, s’accrochant un peu plus longtemps aux sommets aiguisés; laissant filtrer une nouvelle fois, les rayons du soleil.

1h30

TEMPS D’ACCES
DEPUIS GRENOBLE

Données pratiques

Restaurant

Le mont Olan → lien vers le site 

Parfait pour gouter les spécialités de la région : Raviolles, tourtons et Oreilles d’ânes.


(Il y a un an)
-« Cap on se donne rendez-vous à l’aube demain matin pour être sur la falaise avant le lever du soleil !
– Ok cap ! »
5h AM : Le réveil sonne. Le corps est lourd. Au chaud dans des draps qui n’ont jamais semblé aussi confortable.
C’est quoi cette idée foireuse qui semblait géniale hier soir?
Se faire violence pour s’extirper du lit. S’habiller chaudement et rapidement. Et sortir dans la nuit. Se retrouver dans le calme. Encore un peu endormi. Rouler vers la montagne. Marcher dans la nuit noire jusqu’à la falaise. Le silence et le cliquetis des dégaines qui cognent les unes contre les autres.  Se presser. Faire la course avec le soleil ! Se sentir vivre.
Et.
-« P****, on a oublié un baudrier !! »
Impossible d’assurer Robin pendant qu’il grimpe sur la falaise.
Qu’importe.
Rendez-vous plus bas.  Un talkie-walkie chacun. Robin descend en rappel depuis la falaise à pic, et moi à pied par le chemin.
L’attente un peu angoissante dans la nuit au pied de la paroi. A guetter le moindre mouvement ou bruit, venant d’en haut. Puis un point lumineux. Sa frontale. Juste au moment ou les rayons du soleil commencent à éclairer le ciel derrière les montagnes.
Robin peut alors danser sur son élément. La falaise. Aux premières lueurs du soleil. Et moi, immortaliser ce moment.
  
30min

TEMPS D’ACCES
DEPUIS GRENOBLE

Données pratiques


En reprenant la route avec le camion ce matin, je me suis rendu compte à quel point rouler sur des routes inconnues m’avait manqué. En direction de destinations encore étrangères. Cette sensation de liberté mêlée à l’excitation de la découverte et à une pointe d’appréhension.

Pourtant je ne pars pas loin de Grenoble. Dans le Vercors. A Presles. Tout au bout d’une petite route qui traverse forêts, prairies, hameaux typiques, pour atteindre un vieux corps de ferme. Et rencontrer Dominique et Bernard qui  sont les gérants de Entre Ciel et Pierres.

J’arrive au milieu de la brume. Le petit chalet dans lequel je vais dormir ce weekend est construit un peu plus haut.  Dissimulé dans les bois. Des chevaux pâturent en liberté dans le champs au dessus. A l’intérieur de la cabane. Un parquet qui craque. De larges ouvertures comme des tableaux vers la nature . Un poêle à bois qui crépite. Un fauteuil confortable. Une table rustique, adossée à la fenêtre. Et une échelle. Pour monter dans le lit.

Fermer les yeux. Écouter le silence de l’hiver. Se laisser bercer par le crépitement du feu et le craquement du bois. Et regarder le jour tomber par la fenêtre.

Dehors, il fait gris et humide. Mais pour mériter de ressentir le bonheur de rentrer dans une pièce chaleureuse et de poser ses mains sur une tasse brulante, il faut d’abord avoir affronté le froid.

Le brouillard descend en s’immisçant au travers des arbres. Il prend possession de chaque espace. Semble immobile mais change à chaque instant. Il donne au paysage un air mystérieux, presque fantomatique.

Il y a des falaises dans les environs. J’ai marché jusqu’à l’une d’elles.

Puis je suis repartie le lendemain soir.

1h30

TEMPS D’ACCES
DEPUIS GRENOBLE

2

JOURS

HEBERGEMENT

CABANE TOUT CONFORT

Données pratiques

Hébergement

Entre Ciel et Pierres → lien vers le site  – J’ai loué la cabane dans la prairie.

Topo

Il y a des multitudes de balades au départ du gîte ou un peu plus loin. Beaucoup de voies d’escalade aussi.

Carte


Sur la route


Epingle l’article sur Pinterest !


Ce dimanche, départ à 10h30 en direction du Grand Rocher dans le massif de Belledonne.

Il n’a pas reneigé depuis quelques jours, les raquettes resteront dans la voiture.

On commence la montée dans les bois. Nos chaussures s’embourbent dans un mélange de boue et de neige fondue.  Le temps est gris.

Nos espoirs d’admirer la vue, se dissipent au fur et à mesure que nous montons. La brume qui, au début, flottait entre les sapins, devient de plus en plus épaisse jusqu’à se confondre avec la neige.

Nous marchons dans un univers blanc et silencieux, presque irréel. Parfois la neige supporte notre poids, parfois nos pieds s’enfoncent jusqu’aux genoux. Nous nous amusons à imaginer être en expédition dans le Grand Nord.

A quelques centaines de mètres du sommet. Le soleil semble vouloir transpercer le brouillard. Puis abandonne. Il est trop épais.

Mais alors que nous n’y croyons plus, lorsque nous arrivons tout en haut, la vue se dégage et laisse apparaitre, juste devant nous, les majestueux sommets de Belledonne. Flottant sur une mer de nuages. Ils paraissent si proches, si imposants, si grandioses.

0,5

JOURS

40 min

TEMPS D’ACCES
DEPUIS GRENOBLE

500

DENIVELE

Données pratiques